Retour

LE NOUVEAU CHRONOMÈTRE FB 2RE : UNE PROUESSE MÉCANIQUE INÉDITE

FB-2RE_Front2.jpg
FB-2RE_hublot.jpg
FB-2RE_Calibre.jpg
FB-2RE_cadran.jpg
FB-2RE_front.jpg
FB-2RE_back.jpg

En 1770, Ferdinand Berthoud accède au titre de « Maître Horloger-Mécanicien du Roi et de la Marine ». La Chronométrie Ferdinand Berthoud célèbre ce 250e anniversaire et dévoile une nouvelle collection s’inspirant de l’Horloge Marine N°6 : Le Chronomètre FB 2RE.

Ce nouveau garde-temps réinterprète l’architecture et le design de cette Horloge Marine. Muni d’une grande fenêtre panoramique dans sa ligne de carrure, le boîtier en or 18 carats de forme ronde dévoile un cadran en émail grand feu, de construction complexe à deux niveaux.

Sous cet affichage traditionnel et épuré, une mécanique d’exception : Le nouveau Chronomètre FB 2RE associe l’emblématique transmission à fusée-chaîne à un remontoir d’égalité une seconde. Cap sur un nouveau monde de précision mécanique, dans la continuité de l’œuvre de Ferdinand Berthoud.

Le début du 18ème siècle est marqué par la conquête des océans. L’Angleterre et la France se livrent à une véritable bataille afin de développer un outil permettant de calculer la longitude lors de voyages en mer : un garde-temps. De nombreux horlogers de renom expérimentent de nouvelles techniques afin de mettre au point un instrument de mesure fiable et précis dont le fonctionnement doit supporter les mouvements du bateau et les changements de température.

Fort du succès des essais en mer en 1768-1769 des Horloges Marines N°6 et N°8, Ferdinand Berthoud accède, en 1770, au titre envié de « Maître Horloger-Mécanicien du Roi et de la Marine » sous Louis XV et reçoit une commande royale de 20 Horloges Marines qui seront utilisées lors des nombreuses campagnes de cartographie et de relevés hydrographiques qui auront lieu à la fin du 18ème siècle.

Afin de célébrer le 250e anniversaire de cette avancée scientifique majeure ayant durablement marqué l’histoire, la Chronométrie Ferdinand Berthoud présente une nouvelle collection emblématique : le Chronomètre FB 2RE. Ce modèle rend hommage au génie de Ferdinand Berthoud, révélé par l’extraordinaire Horloge Marine N°6. Il s’inspire de son architecture et de son design et introduit un nouveau mouvement, symbole d’excellence et de précision chronométrique : le Calibre FB-RE.FC à remontoir d’égalité.

A nouveau, la Chronométrie Ferdinand Berthoud crée un garde-temps contemporain d’exception profondément ancré dans l’héritage de Ferdinand Berthoud.  Ce nouveau chronomètre de poignet de haute facture bénéficie des dernières avancées technologiques, tout en rendant hommage au maître horloger, précurseur de son temps.

DE L’HORLOGE MARINE N°6 AU CHRONOMETRE FB 2RE

Un nouveau boitier modulaire

Tel que Ferdinand Berthoud les décrit dans le Traité des horloges marines, publié à Paris en 1773, les mécanismes des Horloges Marines sont protégés par un tambour en cuivre de forme cylindrique, lui-même maintenu en position horizontale par un système de suspension à cardan de son invention.

Le boîtier du Chronomètre FB 2RE reprend la forme de ces Horloges Marines et cette construction en modules. Le mouvement est installé dans un conteneur cylindrique étanche à 30 mètres en or 18 carats. Des cornes réalisées d’une seule pièce, courtes et plongeantes, sont solidement fixées au boîtier par des boulons stylisés et permettent au Chronomètre FB 2RE d’épouser la forme du poignet.

Une grande fenêtre panoramique est aménagée à 10 heures dans la ligne de carrure dans un cadre vissé et livre au regard l’architecture en piliers du mouvement, ainsi que le barillet et sa chaîne.

Le boîtier rond de 44 mm de diamètre et 14 mm d’épaisseur est réhaussé par une lunette incurvée sur laquelle s’enchâsse une glace saphir chevée, bombée et traitée antireflet. Le fond du boîtier est également muni d’un verre saphir permettant d’admirer l’incomparable beauté du mouvement.

Le grand diamètre de la couronne moletée permet une préhension aisée, facilitant le remontage du mouvement. Intégrée à la ligne de carrure par un protège-couronne rapporté et vissé, elle dispose d’un système dynamométrique qui débraie dès que le barillet est entièrement armé.

L’or utilisé dans la fabrication des chronomètres FB 2RE est issu de l’approvisionnement éthique mis en place par Karl-Friedrich Scheufele, président et fondateur de la Chronométrie Ferdinand Berthoud, chez Chopard, dont il est également co-président.

Le Chronomètre Ferdinand Berthoud à remontoir d'égalité FB 2RE est disponible en deux éditions limitées et numérotées de 10 exemplaires : or rose 18 carats avec cadran en émail noir et or gris 18 carats avec cadran en émail blanc.

Un cadran en émail traditionnel

Afin de faciliter la lecture des heures et des minutes lors des voyages en mer, Ferdinand Berthoud avait imaginé un cadran à deux niveaux et pourvu de deux types de graduations pour son Horloge Marine N°6 : au centre, les indications des heures en chiffres romains se distinguent de la minuterie, en chiffres arabes, sur le pourtour.

La construction du cadran du Chronomètre FB 2RE suit ce même principe en y ajoutant une complexité supplémentaire : la volonté de le réaliser en émail grand feu. Ce cadran est donc composé de deux éléments : l'un est bombé et situé en périphérie, destiné à recevoir les échelles de lecture ; le second, au centre, plus bas, est un médaillon plat. Tous deux sont réalisés en émail grand feu, qui nécessite de nombreux passages dans un four spécial à une température de 800°C. Leur base est en acier amagnétique, un choix nécessitant un parfait respect des températures et un temps de cuisson précis afin d’éviter toute déformation mais permettant d’éviter la surépaisseur liée au traditionnel contre-émail.

Les inscriptions sur le cadran sont également réalisées en émail peint ce qui requiert un passage supplémentaire au four. Chiffres romains pour les heures, chiffres arabes pour les minutes et un chemin de fer côtoient les inscriptions de la marque et la mention d'origine « Chronomètre Val-de-Travers Suisse ». Le cadran de la référence FB 2RE.1 est ainsi réalisé en émail blanc avec inscriptions de couleur noire et tandis que celui de la référence FB 2RE.2 arbore un émail noir profond ponctué de marquages blancs.

Des aiguilles signature

Pour les heures et les minutes, le Chronomètre FB 2RE est muni d'aiguilles glaives en or 18 carats ajourées dont la forme rappelle celle des aiguilles du Chronomètre FB 1. Celle des heures, plus courte, reste à fleur du médaillon central du cadran. Celle des minutes est soulignée d'un volume à mi-longueur et s’allonge jusqu’à la base de la minuterie. Taillée dans le titane et d'une finesse extrême, la trotteuse ne pèse que 0,01 gramme. Cette légèreté permet d’alléger la charge sur le mécanisme de remontoir d'égalité.

Enfin, au dos du mouvement, à travers le large fond en saphir, l'aiguille de réserve de marche est en or 18 carats, en forme de flèche et bleuie CVD.

Ponts et piliers

Le calibre FB-RE.FC est construit selon une architecture unique dans l'horlogerie contemporaine et propre à la Chronométrie Ferdinand Berthoud. Ses organes sont implantés de manière symétrique, lisible, claire, comme si l'ordre régnant dans son fonctionnement était exprimé par l'élégance de son équilibre visuel. Ce mouvement à remontage manuel présente 26 ponts maintenus par 10 piliers en acier enserrant les organes mécaniques. Cette construction est caractéristique des chronomètres de marine de Ferdinand Berthoud réalisés au 18e siècle.

De ce siècle important pour l’innovation, la Chronométrie Ferdinand Berthoud a également repris la forme très particulière des ponts. Ils sont composés d'une partie plate et vissée prolongée par un col relevé, en porte-à-faux, qui leur donne une forme d’escalier typique des constructions horlogères de l'époque.

UNE NOUVELLE APPROCHE CHRONOMETRIQUE

Chaîne et fusée

Le calibre FB-RE.FC est l'un des rares à présenter une transmission par chaîne-fusée, permettant d’obtenir une force constante à l'échappement. Elle agit comme une boîte de démultiplication automatique. En effet, selon le niveau de remontage, le couple délivré par le barillet varie. Lorsque le mouvement est entièrement remonté, la chaîne se trouve totalement enroulée sur le petit diamètre de la fusée. Le ressort de barillet dispose alors de sa puissance maximum. Cette force diminue à mesure que le temps passe, la chaîne s’enroulant sur le tambour et passant du petit au grand diamètre de la fusée.

La variation du diamètre de la fusée compense alors la diminution du couple au ressort de barillet. Le rouage reçoit ainsi une énergie constante, un pré-filtrage de l'énergie arrivant au remontoir. La particularité du calibre FB-RE.FC est que sa fusée est inversée, et surtout que son barillet et sa fusée sont tous deux suspendus. Ils ne sont fixés que d'un côté, dans la platine. Cette construction spectaculaire fait l'objet d’un brevet et permet d'économiser quelques précieux millimètres.

Remontoir d’égalité

Fait exceptionnel, le calibre FB-RE.FC, en sus du mécanisme à force constante, est doté d'un remontoir d'égalité une seconde, visible au dos du mouvement. Il s’agit de l’un des systèmes les plus complexes de régulation du couple dans l’histoire de la mesure du temps.

Loin de faire double emploi avec la fusée, ce dispositif complète son action car il agit sur un autre point. La fusée lisse le couple arrivant dans le rouage mais des irrégularités naissent lors des prises de dents. Ces variations du couple, d'une ampleur bien moindre que celles générées par le déroulement du ressort moteur, ont cependant leur importance compte tenu des exigences de précision de la Chronométrie Ferdinand Berthoud.

Seconde morte

Le remontoir du Chronomètre FB 2RE est d'un type particulier car il est implanté de manière concentrique à la roue d'ancre et est ainsi directement connecté à l'échappement. Ce dispositif vise à stocker une petite quantité d'énergie dans un ressort spiral secondaire. Ce dernier est moteur et non pas réglant. Il délivre sa force au balancier par le biais de l'échappement, à des intervalles tellement courts que la variation de la force dans le spiral n'entre pas en ligne de compte. En l'occurrence, la Chronométrie Ferdinand Berthoud a retenu une durée de décharge d'une seconde.

La transmission de la force du barillet au ressort de remontoir se fait par l'entremise d'une came en rubis de forme triangulaire. Lorsque la roue d'ancre a avancé de 2,5 dents, la came en rubis libère l'ancre d'arrêt, celle du remontoir, et laisse entrer la force motrice dans le système de remontoir. Il est alors chargé pour la prochaine seconde.

Le pignon d’échappement est solidaire de la roue d’arrêt, il bat la seconde. L’ensemble est relié à l’aiguille de seconde au centre et permet au Chronomètre FB 2RE d'afficher une seconde vraie, ou seconde morte, comme les chronomètres de marine ou les régulateurs de parquet. Pour une précision accrue de l’affichage, la liaison entre le pignon d’échappement et le mobile de seconde morte s’effectue au moyen d’un mécanisme de seconde morte spécifique.

Système allégé

Le remontoir d’égalité est traditionnellement très gourmand en énergie, notamment du fait des frictions que son fonctionnement engendre. La Chronométrie Ferdinand Berthoud a réduit ses frottements en implantant le remontoir à l'endroit où le couple est le plus faible. La roue d'ancre est celle qui reçoit le moins de force de tout le rouage et est donc la meilleure candidate au poste. De plus, l’utilisation de la came en rubis et d'une trotteuse d'une légèreté extrême (0,01 gramme), grâce à l'emploi de titane et d'une forme extrêmement effilée, réduit le poids entraîné par le remontoir.

L'ensemble de ces décisions permet au calibre FB-RE.FC de présenter une réserve de marche de 50 heures. Celle-ci est indiquée au dos du mouvement, par le biais d'une aiguille flèche bleuie placée sur un secteur gravé sur la platine. Le barillet emmagasine de l’énergie pour plusieurs heures supplémentaires mais le système d'arrêtage le bloque en dehors de la plage de chronométrie garantie.

QUINTESSENCE HORLOGERE

Optimisation de la précision

Historiquement, les garde-temps de grande précision se sont appuyés sur un travail d'optimisation de l’organe réglant et Ferdinand Berthoud a également apporté des modifications intéressantes à ses chronomètres, tout au long de sa carrière. La Chronométrie Ferdinand Berthoud s'inscrit dans cette lignée en inventant un nouveau balancier à inertie variable, à deux bras, de forme aérodynamique, doté de quatre vis d’équilibrage. Son grand diamètre garantit son inertie et sa stabilité, sa fréquence basse de 18 000 alternances par heure préservant la réserve de marche. Elle permet également une oscillation lente, agréable à l'œil, et proche de celle des garde-temps historiques.

Le remontoir d’égalité est un système délicat, qui augmente la difficulté du réglage. Celui du Chronomètre FB 2RE demande donc un soin et un temps largement supérieurs à toute autre modèle. C'est en revenant aux sources de la chronométrie pure que la Maison a imaginé un chronomètre d'exception, dont l’exécution est aussi délicate que la conception. Afin de garantir une précision optimale, le Chronomètre FB 2RE est équipé d'un dispositif stop-seconde, qui arrête le balancier lorsque la couronne est tirée. Le porteur peut alors synchroniser sa montre avec celle d’un garde-temps référence, à la seconde près, comme l’on synchronisait les montres d’observation avec les chronomètres de marine sur un navire d’exploration

Excellence des finitions

Parce que l'excellence du mouvement est équivalente au soin apporté à sa mise en beauté, les finitions du calibre FB-RE.FC sont d'un niveau exceptionnel. Les ponts en maillechort révèlent une finition de type frosting, un grenage à la brosse, manuel, d'une finesse extrême, exécuté avant les étapes finales de perçage et de fraisage. Cette technique ancienne donne un éclat sans égal à ces composants. Cependant, le maillechort étant un alliage d'une fragilité rare, toute erreur, toute rayure, lors du frosting est irrécupérable et oblige à jeter la pièce.

Le pont de balancier an acier en forme de flèche est poli miroir, tout comme la partie supérieure du pont d’échappement en escalier. Le barillet et la fusée sont satinés, de même que la totalité des composants de la chaîne, au nombre de 790. Enfin, l'intégralité des composants du mouvement ont été chanfreinés et anglés à la main, à l’aide d’outils traditionnels, par les artisans de la Chronométrie Ferdinand Berthoud. Le contrôle qualité de ces finitions est effectué à un degré de grossissement beaucoup plus élevé que de coutume dans l’horlogerie, une loupe 6,7x. A un tel niveau, aucun détail, aussi infime soit-il, ne peut passer inaperçu. Voilà ce que représente l'excellence si chère à la Chronométrie Ferdinand Berthoud. Ce respect de la tradition horlogère, qui s’exprime avec modernité dans le Chronomètre FB 2RE, sera toujours au centre des futurs développements de la Maison.

Télécharger le dossier de presse