Retour

LE MODELE FB 1R.6-1 EN FINALE DU GPHG 2019: Les coulisses d’une pièce d’exception

FB-1R.6-1_Front01_White_LD.jpg
FB-1R.6-1_Back02_White_LD.jpg
CALIBRE_FB-T.FC.R_white_LD.jpg
FB-1R.6-1_Dial_details_LD.jpg
FB_1R.6-1_lifestyle_LD.jpg
FB-1R.jpg
FB-1R.6-1_closeup_Hours_2.jpg
FB-1R.6-1_closeup_minutes_2.jpg

Le régulateur FB 1R.6-1 n°06/20 est précisément le modele en compétition dans la catégorie « CHRONOMETRIE ». la manufacture dévoile l’intimité dE SON mouvement, qui équipe une série limitée de 20 PIECES, ET PARTAGE LES résultats de ses propres tests.

Depuis bientôt 20 ans, le Grand Prix de l’Horlogerie de Genève récompense les créations horlogères exceptionnelles, tant par leurs qualités techniques et esthétiques, dans plusieurs catégories distinctes.

Parmi celles-ci, la « Chronométrie » occupe une place à part. C’est une catégorie très récente (2018). Elle s’adresse aux « montres mécaniques présentant un tourbillon et/ou un échappement spécial ou toute autre développement améliorant la chronométrie ». Le Chronomètre FB 1R.6-1 à tourbillon et force constante remplit l’ensemble de ces caractéristiques, ce qui en fait un cas tout-à-fait unique et particulier parmi les montres finalistes.

Une pièce d’exception

Le Chronomètre FB 1R.6-1 est une série limitée et numérotée de seulement 20 pièces. C’est le seul et unique régulateur de cette présélection. Le choix de cet affichage historique répond en lui-même à une exigence chronométrique : dissocier l’expression des heures, minutes et secondes afin d’en faciliter la lecture individuelle. Une notion fondamentale pour Ferdinand Berthoud dans la fabrication de ses Horloges et Montres Marines, indispensable au calcul de la longitude.

Le Chronomètre FB 1R.6-1 est également le seul dont le tourbillon n’affiche pas lui-même la seconde mais anime une trotteuse longiligne au centre du cadran. Cette construction, nommée « tourbillon à seconde directe », est brevetée. Elle symbolise parfaitement la quête de précision qui anime les créations de la Chronométrie Ferdinand Berthoud.

Enfin, ce régulateur FB 1R se différencie par son architecture : 18 ponts, stabilisés par des piliers en titane, enserrent les organes mécaniques. C’est une construction caractéristique des chronomètres de marine du dix-huitième siècle. Son barillet et sa fusée inversée, tête en bas, sont tous deux suspendus, fixés uniquement par un axe central à la platine. Un mécanisme original de réserve de marche à cône mobile, également suspendu, breveté, indique de manière très précise l’autonomie du mouvement, une variable étroitement liée à sa précision chronométrique.

Des mouvements officiellement certifiés chronomètre

La Chronométrie Ferdinand Berthoud soumet l’ensemble des mouvements assemblés et réglés au Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres, une autorité externe et indépendante reconnue, qui mesure et contrôle durant 15 jours consécutifs la précision des mouvements selon 7 critères imposés par la norme ISO 3159. Pour obtenir l’appellation « Chronomètre » tous les critères doivent être absolument respectés.

Dans le cas du Régulateur FB 1R, 15 mouvements dont celui qui équipe la montre N° 6/20 actuellement en compétition au GPHG ont été certifiés à ce jour. Deux variables, exprimées ci-après en moyenne sur ces 15 exemplaires, attestent de la précision du calibre FB-T.FC.R:

  • 1,66 seconde / jour de marche journalière, dans 6 différentes positions. C’est l’écart moyen affiché par la pièce portée, jour après jour. Le régulateur FB 1R affiche donc une dérive de +1,6 seconde par jour, un résultat de très haute performance.
  • 0,35 seconde / jour en reprise de marche. Cette variable mesure la précision de la montre au fil de sa réserve de marche. En d’autres termes, elle doit être aussi précise lorsqu’elle est remontée à 100% qu’en fin ou en reprise de marche. La valeur obtenue (0,35 s/jour) atteste donc que le modèle FB 1R est d’une précision quasi égale tout au long de sa réserve de marche d’au minimum 53 heures. La pièce est notamment capable d’assurer une parfaite chronométrie dès la première impulsion donnée au ressort-moteur par la couronne de remontoir, une performance caractéristique des mécanismes à force constante à transmission fusée-chaîne.

Des tests spécifiques pour ce modèle en compétition au GPHG

La Chronométrie Ferdinand Berthoud a également soumis le régulateur en acier cémenté N° 6/20 présenté au GPHG à deux cycles complets de Fleuritest, à l’orée de la rentrée horlogère (12 et 20 août 2019).

La Fondation Qualité Fleurier, réalise sur les montres emboitées un test de fonctionnement sur un simulateur, le « Fleuritest », qui reproduit un cycle alternant des phases actives, très actives et calmes. Les variations de marche sont analysées par des caméras numériques. C’est actuellement un des tests les plus exigeants du marché : il reproduit fidèlement les conditions réelles d’un client qui porte sa montre tous les jours.

Le Régulateur N° 6/20 a été mesuré 18 fois consécutives durant la totalité de sa réserve de marche (plus de 53 heures).

Malgré les incessantes variations de position du garde-temps, simulant les conditions réelles d’une montre portée au poignet durant une journée-type, ce modèle est sorti de ce test avec d’infimes écarts. Dans 33 cas sur 36, ils sont inférieurs à 1 seconde – et dans presque la moitié des cas, cette valeur est même inférieure ou égale à 0,5 seconde / jour.

Ces résultats démontrent les performances chronométriques du modèle FB 1R.6-1 N° 6/20, tout au long du cycle de test et de sa réserve de marche, qu’elle soit complète ou presque épuisée. Techniquement, cette fiabilité chronométrique découle notamment du dispositif d’arrêtage à croix de Malte qui équipe le Calibre FB-T.FC.R. Celui-ci limite la course d’armage du ressort-moteur (la chaîne s’enroule 6 fois autour du barillet) et maintient ce dernier en permanence en tension ; l’action de remontage se concentre ainsi uniquement sur la partie « optimale » du ressort qui contribue, avec la fusée, à fournir une énergie égale tout au long de la marche du mouvement. Ce dispositif permet une reprise de marche rapide, dès le premier tour de couronne, avec une chronométrie quasi parfaite.

La fusée-chaîne assure, quant à elle, la distribution de cette énergie (que l’on nomme également le couple). Ce procédé dit « à force constante » était déjà présent dans les chronomètres de marine de Ferdinand Berthoud. La Chronométrie l’a optimisé : lors du remontage de ce type de mécanisme, le mouvement s’arrête habituellement de fonctionner. Pour remédier à cela, le calibre FB-T.FC.R est équipé d’un engrenage différentiel de conception originale breveté. Il permet au balancier de continuer son oscillation lors du remontage et de conserver les propriétés chronométriques du mouvement.

Par la communication de ces informations tangibles, la Chronométrie Ferdinand Berthoud s’inscrit dans la continuité d’un principe cher à Ferdinand Berthoud : fabriquer des garde-temps répondant à un besoin pratique pour ses utilisateurs, tout en partageant avec eux ses résultats de recherches et ses connaissances scientifiques. Dans le plus pur esprit du Siècle des Lumières durant lequel vécu Ferdinand Berthoud, la Chronométrie Ferdinand Berthoud continue d’éclairer les aspects techniques chers au Maître-Horloger afin d’en dévoiler toute la complexité.