bibliographie-header-02

Bibliographie

1755

Rédaction de nombreux articles de référence sur l’horlogerie dans « L’Encyclopédie méthodique » de Diderot (1713-1784) et d’Alembert (1717-1783).

1759

« L’Art de conduire et de régler les pendules et les montres, à l’usage de ceux qui n’ont aucune connaissance d’horlogerie »

(79 pages et 4 planches)

1763

« Essai sur l’horlogerie; dans lequel on traite de cet Art relativement à l’usage civil, à l’Astronomie et à la Navigation, en établissant des principes confirmés par l’expérience »

(volume I : 477 pages + 5 tables, volume II : 452 pages + 38 planches).

1773

« Traité des horloges marines contenant la théorie, la construction, la main-d’œuvre de ces machines et la manière de les éprouver, pour parvenir par leur moyen, à la rectification des cartes marines et à la détermination des longitudes en mer »

(590 pages + 27 planches)

1775

« Les longitudes par la mesure du temps ou méthode pour déterminer les longitudes en mer avec le secours des horloges marines, suivie du recueil des tables nécessaires au pilot pour réduire les observations relatives à la longitude et à la latitude »

(96 pages + 34 tables + 1 planche).

1787

« La Mesure du Temps ou supplément au traité des horloges marines et à l’Essai sur l’horlogerie, contenant les principes d’exécution, de construction et d’épreuves des petites horloges à longitudes et l’application des mêmes principes de construction aux montres de poche, ainsi que plusieurs construction d’horloges astronomiques »

(275 pages + 11 planches)

 1792

« Traité des montres à Longitudes »

(230 pages + 3 planches)

1793

« Etat des horloges et des montres à longitudes construites et exécutées par Ferdinand Berthoud, ingénieur Mécanicien de la Marine par ordre du Gouvernement. Machines livrées à la Marine ». Etat établi par F. Berthoud le 19 juillet 1793 (An 2 de la République).

1796

« Suite du Traité des montres à longitudes, contenant : 1° la construction des montres verticales portatives, 2° la description et les épreuves des petites horloges horizontales plus simples et plus portatives pour servir dans les plus longues traversées »

(116 pages + 2 planches).

1802

« Histoire de la mesure du temps par les horloges », (deux volumes de respectivement 374 et 447 pages, augmentés de 23 planches) dans lequel FERDINAND BERTHOUD démontre son savoir exceptionnel dans l’art de la mécanique horlogère.

1807

« Supplément au Traité des montres à Longitudes avec appendice contenant la notice ou indication des principales recherches ou des travaux faits par Ferdinand Berthoud sur divers parties des machines qui mesurent le temps depuis 1752 à 1807 (…) »

(88 pages + 1 planche)

ouvrages de références

Chapuis Alfred

Histoire de la Pendulerie Neuchâteloise

Neuchâtel : Attinger Frères, 1917

 

Chapuis Alfred et Jaquet Eugène avec la collaboration de Berner G. Albert

Histoire et Technique de la Montre Suisse de ses origines à nos jours

Bâle et Olten : Editions Urs Graf, 1945

 

Collectif

Zeitmesser und Schmuck in fünf Jahrhinderten, Austellung im Schmuckmuseum Pforzheim

Pforzheim : Alfred Reichert KG, 1967

 

Friess Peter et Pfeiffer-Belli Christian

L.U.CEUM Traces of Time, The Chopard Manufacture Collection

Munich : Callwey, 2006

 

Guye Samuel et Michel Henri

Uhren und Messinstrumente des 15. Bis 19. Jahrhunderts

Zürich : Orell Füssli Verlag, 1971

 

Jean Claude Sabrier

De at Sea in the Time of Louis Berthoud and Henri Motel

Editions Antiquorum Genève, Roto-Sadag SA, 1993

 

Le Bot Jean

Les chronomètres de Marine français au XVIIIe siècle

Grenoble, 1983