Le Chronomètre FERDINAND BERTHOUD FB 1 consacré par l’Aiguille d’Or au GRAND PRIX D’HORLOGERIE DE GENEVE 2016

M. Karl-Friedrich Scheufele, lors de la première présentation du Chronomètre FERDINAND BERTHOUD FB 1 au Yacht Club de France à Paris en septembre 2015, avait exprimé le souhait d’être l’artisan de la renaissance du nom illustre de celui qui fut Horloger-Mécanicien du Roi et de la Marine sous les règnes de Louis XV, Louis XVI ainsi que sous l’Empire.

Aujourd’hui, il a exprimé sa gratitude envers les membres du jury qui lui ont attribué ce prix, reconnaissance incroyable pour cette marque à la fois très jeune et très ancienne. Un prix qui représente beaucoup pour M. Karl-Friedrich Scheufele qui s’était fixé pour but de rendre hommage à Ferdinand Berthoud.

Le public d’amateur pourra admirer le Chronomètre FERDINAND BERTHOUD FB 1 Tourbillon fusée-chaine suspendu la semaine prochaine à l’occasion de la Dubai Watch Week (15-19 novembre 2016), événement organisé par nos partenaires Ahmed Seddiqi & Sons.

Nos détaillants exclusifs seront également ravis d’ouvrir leurs portes afin de présenter ce chronomètre d’exception et partager notre émotion autour de ce premier prix inattendu, obtenu tout juste une année après son lancement officiel.

Première consécration pour le Chronomètre Ferdinand Berthoud FB 1

La première soirée à Madrid a été marquée par une présentation exclusive du premier garde-temps de la Chronométrie Ferdinand Berthoud.

Les collectionneurs avisés, présents lors du diner, ont pu admirer deux exécutions du Chronomètre Ferdinand Berthoud FB 1 tout en redécouvrant les techniques horlogères du 18ème siècle. Ils ont été fascinés par l’histoire de Ferdinand Berthoud et les raisons qui ont conduit le gouvernement espagnol à commander pas moins de huit horloges à longitude auprès de Ferdinand Berthoud, produites entre 1774 et 1776 dans ses ateliers du Louvre.

Pour cette 3ème édition du SIAR à Madrid, les organisateurs ont choisi un lieu d’exposition remarquable au sein d’une luxueuse demeure, connue sous le nom de petit-palais de Fernando El Santo, construite dans la deuxième moitié du 19ème siècle par le fameux architecte et urbaniste Carlos María de Castro.

Treize marques horlogères ont présentées plus de six-cents références à un public attentif. La Chronométrie Ferdinand Berthoud a quant à elle présentée pour la première fois en Espagne le Chronomètre FB 1 qui a suscité le plus vif intérêt auprès des amateurs de haute horlogerie et des journalistes spécialisés.

A l’issue de ces trois jours d’exposition s’est tenue la cérémonie de remise des prix sanctionnant les meilleures montres exposées lors du Salon. La première présentation du Chronomètre FB 1 a été récompensée par la plus haute distinction attribuée par le jury, le prix « Mejor Reloj » (meilleure montre), confirmant ainsi le vif succès remporté auprès du public.

Présenté pour la première fois en Espagne, le Chronomètre FERDINAND BERTHOUD FB 1 a reçu le prix de « Mejor Reloj » lors du SIAR à Madrid.

SIAR Madrid, l’heure du retour en Espagne

Ferdinand Berthoud, fournisseur du Roi d’Espagne

Ferdinand VI d’Espagne (1713-1759), troisième membre de la Maison de Bourbon en Espagne, fait du développement des échanges commerciaux avec les colonies une priorité. Le Roi charge son premier ministre Zenón de Somodevilla, Marquis de la Ensenada (1702-1781), de réorganiser la force navale espagnole, l’Armada, afin d’entrer en compétition avec la France et l’Angleterre pour la conquête de nouveaux territoires et protéger son commerce maritime.

En 1759, le succès remporté par le quatrième chronomètre de marine de Harrison (H4) dans la mesure précise de la longitude en mer, suivi par le développement et la production par John Arnold et Thomas Earnshaw de chronomètres de bord en quantités relativement importantes, garanti une position dominante à l’Angleterre.

Cependant, cet état de fait ne parvient pas à convaincre le scientifique et officier de marine espagnol Jorge Juan y Santacilia (1713 – 1773), qui fait part au Marquis de la Ensenada de sa réticence à l’achat de chronomètre de Harrison et des risques que cela comporte.

En 1757, Jorge Juan fonde l’observatoire royal de Madrid, après avoir pris part à la fameuse mission géodésique franco-espagnole de 1735, qui permit de mesurer la courbure et la circonférence de la terre à l’équateur (Equateur). Son appréciation des scientifiques français le conduit à faire un rapport positif à Ensenada sur le succès remporté par la montre Marine Ferdinand Berthoud n°8 lors des essais en mer réalisés en 1768.

De 1774 à 1776 le gouvernement espagnol se tourne logiquement vers la France et fait l’acquisition de huit montres à longitudes Ferdinand Berthoud. Les n° 7 à n° 16 inclus sont les premiers chronomètres de précision utilisés par l’Armada espagnole. Ils jouent un rôle prédominant dans les missions hydrographiques et cartographiques menées par l’Espagne durant la seconde moitié du 18ème siècle.

Le mathématicien Vincente Tofiño de San Miguel (1732-1795) emploie les Montres Marines n° 10 et n° 13 entre 1783 et 1788 pour dresser les relevés détaillés des côtes d’Espagne et de l’Afrique du Nord, publiés à Madrid en 1789 dans son fameux « Atlas Maritime d’Espagne ».
Les mêmes montres à longitudes Ferdinand Berthoud sont utilisées par le célèbre Alessandro Malaspina (1754- 1810) durant sa seconde campagne d’exploration du Pacifique de 1789 à 1794, lui permettant d’établir les cartes de la côte ouest des Amériques, des Philippines, de la Nouvelle Zélande et de l’Australie.

Ferdinand Berthoud ne se contente pas de fournir des garde-temps de précision à l’Espagne, il propose également au gouvernement d’assurer la formation des horlogers, non seulement pour assurer l’entretien et la réparation de Montres Marines, mais aussi pour leur enseigner l’art de les construire et de les perfectionner eux-mêmes.

En fait, en 1788, la plupart des chronomètres Berthoud de l’Armada doivent être retournés à Paris pour réparation. Cayetano Santchez, un jeune étudiant de l’école d’horlogerie de Madrid, sur recommandation du Conte de Floridablanca (1728 – 1808), est envoyé dans l’atelier du maître horloger à Paris pour y suivre une formation complète.
Sanchez, sa formation terminée avec succès, retourne à Madrid en 1793, où il reçoit la charge de l’entretien des chronomètres de marine à l’observatoire Royal de l’Armada de San Fernand à Cadix.

Aujourd’hui encore, l’Espagne demeure une destination privilégiée pour celui qui souhaite découvrir des témoignages de l’œuvre de Ferdinand Berthoud. Nous nous réjouissons de vous embarquer dans ce voyage à la découverte de l’histoire complexe de la conquête maritime et ses répercussions au-delà du 18ème siècle.

Le Salon International de Haute Horlogerie à Madrid se tient du 16 au 18 juin 2016. www.siareuropa.com

La Chronométrie FERDINAND BERTHOUD et Les Ambassadeurs, partenaires exclusifs en Suisse

Pour son réseau de distribution sélectif, la Chronométrie Ferdinand Berthoud est fière d’annoncer un partenariat exclusif en Suisse avec Les Ambassadeurs.

Leader spécialisé en Haute Horlogerie, Les Ambassadeurs est actif dans les villes mondialement reconnues pour leur attractivité dans ce domaine.

Avec une forte présence historique à Genève où Les Ambassadeurs a été fondé il y a plus de 50 ans, on retrouve également l’enseigne sur la mondialement célèbre « Bahnhofstrasse » à Zürich, à Lugano ainsi qu’à St. Moritz. Et plus récemment, Les Ambassadeurs a également apporté son savoir-faire à Lucerne.

Le style de Les Ambassadeurs, à la fois élégant et architectural, est caractéristique. On le retrouve au travers de leurs Boutiques, qui ont toutes été créées par Bollinger Architektur & Design. La pièce centrale et marque de fabrique de Les Ambassadeurs, est l’Espace Connaisseur, un lieu unique où montres d’exception et éditions limitées exclusives sont exposées. Les amateurs d’horlogerie apprécient cet espace où ils peuvent échanger des avis et découvrir de nouveaux produits. Les horlogers de la maison, que l’on peut voir s’affairer sur les mécanismes les plus recherchés, se rendent également disponible afin de répondre aux questions et apporter les précisions utiles sur la technique horlogère.

Les clients, aussi bien locaux qu’internationaux, sont plongés au cœur de l’horlogerie et ses secrets les plus profonds leur sont dévoilés.

Au travers de ce partenariat, la Chronométrie Ferdinand Berthoud s’assure que son message fortement ancré dans la passion horlogère, est transmis avec le même enthousiasme dans le respect de la tradition et du savoir-faire qui ont conduit à la réalisation du Chronomètre FERDINAND BERTHOUD FB 1, un garde-temps contemporain qui rend hommage à l’œuvre du maître-horloger du 18ème siècle.

Les Ambassadeurs, fondé il y a plus de 50 ans, ont une forte présence historique à Genève.

Premier Chronomètre FERDINAND BERTHOUD, Place Vendôme à Paris

Paris, Capitale des Lumières. Le cadre est somptueux pour accueillir le lancement de la Chronométrie FERDINAND BERTHOUD, nouvelle manufacture horlogère qui rend hommage à l’horloger éponyme du Siècle des Lumières.

Une place d’exception pour un horloger d’exception

Que dire de la Place Vendôme. Un lieu où, Ferdinand Berthoud a été fréquent dans l’exercice de son plus bel art au service du Roi de France. Son atelier était établi rue de Harlay sur l’île de la Cité, entre le Quai des Orfèvres et le Quai de l’Horloge. On sait qu’il séjournait régulièrement à la place Vendôme, notamment dans le cadre de ses recherches scientifiques. Ce lieu, représentatif de l’inimitable Art de Vivre français, qui inspire et où les plus grandes marques de luxe se concentrent.

Une passion partagée

La passion pour la belle horlogerie de deux familles réunies, sous l’impulsion de Karl-Friedrich Scheufele et de Pierre et Patrice Dubail, nous amène aujourd’hui à annoncer avec la plus grande fierté l’arrivée Place Vendôme des deux premiers joyaux de la Chronométrie FERDINAND BERTHOUD.

Comment aurait-on pu mieux célébrer cette date jalon que par la mise à disposition du Chronomètre FERDINAND BERTHOUD FB 1 en or gris, arborant la gravure 01/50, première pièce d’une série comptant seulement cinquante itérations.

Une première pièce qui porte la voix des dynasties qu’elle représente et qui suscite l’intérêt de nombreux collectionneurs qui ont saisi l’ampleur de la tâche que M. Karl-Friedrich Scheufele a entrepris d’accomplir. Comme à son habitude, il œuvre avec rigueur et exigence, valeurs partagées avec la famille Dubail.

La Boutique Dubail

Depuis 35 ans, le nom de Dubail rayonne à travers le monde et s’est désormais imposé comme synonyme de prestige, d’exception et de réussite. Rendez-vous incontournable d’une clientèle internationale exigeante, la famille Dubail peut s’enorgueillir d’offrir les exemplaires les plus rares et recherchés afin de combler ses prestigieux visiteurs.

En 2013, la Maison Dubail célébrait les 20 ans de la Boutique Vendôme. Aujourd’hui, avec l’arrivée en boutique de la toute première pièce de la Chronométrie FERDINAND BERTHOUD, nous célébrons un nouvel événement qui fera date dans l’histoire de l’horlogerie mondiale.

En 2013, la Maison Dubail célébrait les 20 ans de la Boutique Vendôme.

Karl-Friedrich Scheufele honoré par « GQ Lifetime Achievement Award »

L’hôte d’honneur cette année était Karl-Friedrich Scheufele, Président de la Chronométrie Ferdinand BERTHOUD et Co-Président du Groupe Chopard. Nicolas Coleridge a récompensé la contribution exceptionnelle apportée par Monsieur Scheufele à l’industrie horlogère en lui décernant le prestigieux « GQ Lifetime Achievement Award ».

Connu pour la passion qu’il voue à la chronométrie, Karl-Friedrich Scheufele est également fasciné par l’histoire horlogère. Né à Pforzheim en 1958, il a fait ses écoles à Genève avant de rejoindre Chopard, l’entreprise familiale, en 1985. Pendant son mandat de Co-Président, il a transformé le secteur de l’horlogerie masculine pour en faire une des manufactures les plus respectées de Suisse. La dernière réalisation de Karl-Friedrich Scheufele est d’avoir fait renaître le nom de Ferdinand Berthoud. La nouvelle marque éponyme s’ajoute à Chopard Manufacture sise à Fleurier, qui produit la collection de haute horlogerie L.U.C.

Organisée dans l’Elisabethenkirche néo-gothique de Bâle, la GQ Baselworld Cocktail Party a réuni plus de 400 invités afin de célébrer l’ouverture de la plus grande manifestation annuelle dans les domaines de l’horlogerie et de la bijouterie. Cet événement est devenu un moment phare du programme des soirées pendant Baselworld.

GQ compte plus de 5.4 million de lecteurs autour du monde, avec plus de 22 million de visites par mois sur ses différents sites internet. Divers suppléments horlogers internationaux, tels que le Watch Guide de GQ UK et Uhren publié par GQ Deutschland, ainsi que des chaînes dédiées à l’horlogerie sur les sites web GQ internationaux, offrent une plateforme au travail de journalistes de mode parmi les plus réputés du monde.

Inauguration de la Chronométrie FERDINAND BERTHOUD

Le 25 novembre 1768, le chevalier de Fleurieu, explorateur et hydrographe, débutait une expédition maritime sur la frégate du Roi Louis XV. Sa mission était d’éprouver les montres marines Ferdinand Berthoud n°6 et n°8 lors d’un voyage aller-retour de Rochefort à Saint Domingue.

Le 25 novembre 2015 a eu lieu l’inauguration officielle de la Chronométrie FERDINAND BERTHOUD. La nouvelle Manufacture, créée sous l’impulsion de Karl-Friedrich Scheufele a pour but de rendre hommage à ce patrimoine d’exception en proposant des garde-temps d’exception à la hauteur du génie horloger de Ferdinand Berthoud.

L’inauguration s’est déroulée en présence du conseiller d’Etat Jean-Nathanaël Karakash qui a fait l’honneur de sa présence et a eu le plaisir d’assister M. Karl-Friedrich Scheufele lors du traditionnel couper de ruban.

L’atelier de la Chronométrie est logé dans un écrin de bois, faisant face au Chapeau de Napoléon, une colline surplombant le village de Fleurier et dont la forme évocatrice lui a valu son nom. Sa situation privilégiée au sein d’un espace préservé de toute agitation inspire calme et sérénité. Toutes les conditions sont réunies afin d’apporter un cadre de travail idéal aux horlogers qui sont nichés dans cet atelier.

L’atmosphère qui règne est celui de la concentration : il n’est pas simple de réaliser un mécanisme doté d’un tourbillon alimenté par un mécanisme à fusée-chaine dont la précision est attestée par un certificat délivré par le Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres. Rappelons que le principe fondamental de la maison est la précision chronométrique. Le résultat est un condensé d’innovations qui ont été intégrées dans le Chronomètre Ferdinand Berthoud FB 1, dont le calibre FB-T.FC fait l’objet de quatre dépôts de brevets.

La soirée s’est poursuivie avec les Rencontres du L.U.CEUM et une conférence par Arnaud Tellier, expert horloger, qui a présenté avec passion l’héritage exceptionnel du maître horloger du 18ème siècle. L’enthousiasme manifesté à l’égard de cette initiative qui ravive le passé laisse entrevoir un avenir prometteur où la passion est mise au service de l’art horloger.

L’inauguration s’est déroulée en présence du conseiller d’Etat Jean-Nathanaël Karakash qui a fait l’honneur de sa présence et a eu le plaisir d’assister M. Karl-Friedrich Scheufele lors du traditionnel couper de ruban.

La Chronométrie Ferdinand Berthoud s’expose pour la première fois à SalonQP

Ferdinand Berthoud, né dans le Val-de-Travers, Suisse en 1727, mène une brillante carrière d’horloger-mécanicien à Paris. Entre autres poursuites techniques, il se passionne pour la question, jusqu’alors irrésolue, de la détermination de la longitude en mer qui occupe les plus brillants esprits de l’Europe depuis la publication du Longitude Act de 1714.

Ses recherches le conduisent naturellement à Londres pour découvrir les travaux de Sir John Harrison. Sir Thomas Mudge et d’autres membres éminents de la Royal Society emploieront tous les moyens pour le retenir à Londres et le feront élire en 1764 « membre associé étranger » de la Royal Society à Londres.

Ferdinand Berthoud poursuivra ses recherches en France et suite au succès des essais en mer de ses horloges de marines n°6 et n°8 qui permettent de calculer la longitude au demi degré près, il accèdera au poste le plus important de son temps et sera nommé en 1770, à tout juste 43 ans, Horloger-Mécanicien du Roi et de la Marine.

Dès lors, la France est en mesure de disputer la suprématie maritime à l’Angleterre.

Aujourd’hui, c’est avec cet esprit de pionnier que la Chronométrie poursuit son voyage sur les traces de Ferdinand Berthoud, pleinement inspirée de ses fabuleux chronomètres de marine et guidée par le même esprit d’innovation et de précision.
Nous aurons le plaisir de vous retrouver du 12 au 14 novembre à la Saatchi Gallery pour vous faire découvrir ce produit de grande inspiration, sur notre espace dédié au deuxième étage du SalonQP.

SalonQP, Saatchi Gallery, Londres du 12 au 14 novembre 2015
Retrouvez toutes les informations sur l’évènement sur www.salonqp.com

Lancement de la Chronométrie Ferdinand Berthoud au Yacht Club de France à Paris

Le lancement très attendu de la Chronométrie Ferdinand Berthoud s’est déroulé au sein d’un cercle restreint de cognoscenti incluant des journalistes spécialisés dans l’industrie horlogère et plusieurs collectionneurs passionnés, tous particulièrement enthousiastes à l’idée de découvrir le premier garde-temps de la Chronométrie.

La soirée a débuté par une conférence de Monsieur Arnaud Tellier, qui a souligné l’importance de l’œuvre de Ferdinand Berthoud, maître-horloger et chronométrier dont le rayonnement s’étend bien au-delà du 18ème siècle et de l’univers de l’horlogerie. Une fois les éléments de base du développement de la nouvelle Maison exposés, Messieurs Guy Bove et Vincent Lapaire ont révélé le processus de réflexion qui a conduit au résultat final : un mouvement en parfaite fusion avec le design de la boîte.

La cérémonie a eu lieu sous la direction de M. Karl-Friedrich Scheufele, Président de la Chronométrie Ferdinand Berthoud, qui a décidé, il y quelques années, de rendre hommage à l’œuvre de Ferdinand Berthoud ainsi qu’à ses contributions qui ont pavé le chemin vers l’horlogerie moderne.

L’occasion était parfaite pour commémorer la vie et l’œuvre de Ferdinand Berthoud. Cet horloger exceptionnel a quitté le Val-de-Travers en Suisse pour s’installer à Paris, dans un univers très différent et à tout juste 18 ans, afin de poursuivre sa formation sous la tutelle des meilleurs horlogers de l’époque. Après très peu d’années, il est devenu Horlogerie Mécanicien du Roi et de la Marine, titre honorifique le plus distingué pour l’horlogerie.

Nous avons le plus grand plaisir à vous inviter à découvrir le Chronomètre Ferdinand Berthoud FB1 et nous sommes ravis de vous annoncer notre participation au Salon QP qui aura lieu à la Saatchi Gallery à Londres du 12 au 14 novembre 2015.

Le Nouveau Chronomètre FERDINAND BERTHOUD FB 1

Fruits d’une réflexion en hommage au génie horloger de Ferdinand Berthoud, le nouveau garde-temps de la Chronométrie FERDINAND BERTHOUD incarne une vision moderne des créations que pourrait réaliser le maître s’il vivait à notre époque. Karl-Friedrich Scheufele, président de la Chronométrie FERDINAND BERTHOUD, a souhaité inscrire ce nouveau garde-temps d’exception dans la continuité de l’œuvre du maître chronométrier, en privilégiant une approche contemporaine guidée par le même esprit d’innovation tout en s’inspirant des chronomètres de marine créés par le maître horloger. Abrité dans un imposant boîtier octogonal à hublots étanches, le nouveau Chronomètre FERDINAND BERTHOUD FB 1 est équipé d’un mouvement mécanique à remontage manuel inédit, animé par plus de 1120 composants. Entièrement développé, conçu et fabriqué de façon autonome par la Chronométrie FERDINAND BERTHOUD à Fleurier, le calibre FB-T.FC arbore un tourbillon à seconde centrale, une architecture caractéristique en piliers, un dispositif de régulation fusée-chaîne suspendu novateur et un cône mobile de réserve de marche, chacun faisant l’objet d’une demande de dépôts de brevets.

Le calibre FB-T.FC : un mouvement aux mécanismes inédits

Le nouveau Chronomètre Tourbillon à Fusée Chaîne FERDINAND BERTHOUD est animé d’un mouvement à remontage manuel exclusif, entièrement développé, conçu et produit par la Chronométrie FERDINAND BERTHOUD. Le calibre FB-T.FC présente une saisissante architecture en piliers, caractéristique des chronomètres de marine conçus par le maître horloger au XVIIIème siècle. Equipé d’un remarquable tourbillon basse fréquence (3 Hz) à seconde centrale, ce mouvement d’exception possède un dispositif de régulation à force constante à transmission fusée-chaîne suspendue, d’un système d’armage par différentiel ainsi que d’un mécanisme de réserve de marche très spécifique nommé « cône mobile suspendu ». Fruit de près de trois ans de recherche et de développement couronnés de tests de fiabilité les plus pointus, le calibre FB-T.FC offre une précision et une régularité de marche exceptionnelles, certifiées par le Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres (COSC), une autonomie de 53 heures et un niveau de lisibilité optimal de ses fonctions heures, minutes, secondes et réserve de marche. Inspirés des régulateurs Ferdinand Berthoud, les bras du rouage, particulièrement fins et élancés, sont décorés avec le plus grand soin. Patiemment cerclés, anglés et moulurés, ils réfléchissent délicatement la lumière sur les pignons. Plusieurs des mécanismes inédits constituant ce nouveau calibre font l’objet d’une demande de brevet.

Fenêtre sur l’exceptionnel

L’architecture unique du calibre FB-T.FC met en lumière un fascinant jeu de symétries entre le barillet, la fusée et le tourbillon, visibles à travers le fond largement ouvert du boîtier octogonal. Posés sur des rouages aux bras effilés et soutenus par des piliers stylisés, le barillet, la fusée et le tourbillon semblent suspendus, offrant une sensation de légèreté aérienne. Les piliers en titane poli fixant les ponts à la platine génèrent un espace qui attire la lumière au cœur du mouvement et renforce le caractère épuré de cette construction exceptionnelle, constituée de plus de 1120 composants pour un diamètre de 35.50 mm et une hauteur de 8 mm. Les semi-ponts sont entièrement décorés à la main, satinés et anglés, et leurs flancs étirés, tandis que les rubis sont sertis dans des chatons finement polis et anglés.

Le visage de la précision

Privilégiant la lecture du temps et l’affichage de sa mesure précise, le cadran du Chronomètre FERDINAND BERTHOUD FB 1 est aussi sobre d’apparence que complexe à réaliser techniquement. Les heures et minutes décentrées s’égrènent sur un cadran laqué blanc positionné à 12h. Se détachant d’un fond satiné noir ou ruthénium, l’échelle des secondes s’affiche sur un rehaut en saphir translucide sur le pourtour du cadran. Au centre, une ouverture aux contours soigneusement anglés laisse admirer le mobile des secondes et la roue d’entraînement de la cage de tourbillon, tournant chacun dans le sens opposé de l’autre. La réserve de marche du mouvement est quant à elle indiquée par une échelle gravée directement sur la platine, s’affichant au creux d’un compteur positionné à 9h. Son niveau d’autonomie est signalé par une flèche désignant l’adjectif « Haut » ou « Bas », inscrit en français, langue maternelle de Ferdinand Berthoud. Accompagnées de la certification « Chronomètre » paraphée au bas du cadran, les mentions « Val-de-Travers » et « Suisse » soulignent le caractère artisanal de ce précieux garde-temps conçus entièrement dans le berceau du maître-horloger.

Le raffinement d’un chronomètre authentique

Un soin très exigeant a été porté à l’exécution des aiguilles, inspirées de formes caractéristiques des créations signées Ferdinand Berthoud. La sobriété des lignes et le raffinement contemporain du Chronomètre FERDINAND BERTHOUD FB 1 se prolonge par un bracelet en alligator, rembordé et cousu main.

1 Ferdinand Berthoud, Essai sur l’horlogerie, Paris, 1763, chapitre XXVI, article 449.